Header image  
Association Nationale Marocaine de la Maladie d'Alzheimer  
line decor
VIVRE LA MALADIE D'ALZHEIMER   
line decor

 
 
 

 
 
Les maladies  Les symptômes  Le diagnostic

Les troubles de la mémoire | Agnosie | Apraxie | Aphasie | Désorientation tempo-spatiale | Troubles de la pensée | Troubles du comportement | La persévération

AGNOSIE

Cela concerne les capacités de reconnaissances. Notre cerveau va recevoir des informations sur un objet par exemple, et doit être capable d’identifier ce qu’il est et à quoi il sert.
L’agnosie correspond à l’incapacité de faire le lien avec ce qu’est cet objet.

Le cerveau reçoit des informations selon différentes modalités, sensorielles, visuelle, auditive, olfactive, tactile, qui sont traitées par des zones différentes. Très souvent les malades souffrent d’agnosie visuelle (impossibilité de reconnaître par la vue). Cependant d’autres modalités sensorielles encore efficaces peuvent être utilisées pour compenser cette perte.
Par exemple, une personne peut spontanément prendre un objet dans la main et immédiatement se rendre compte de ce que c’est. Il faut savoir utiliser cette ressource en plaçant systématiquement dans la main d’une personne ce que l’on veut qu’elle identifie et utilise. Les comportements étonnants des personnes qui tripotent des tissus, des objets ou des personnes sont motivés par l’agnosie.
Elles ne savent plus ce que c’est et cherchent à comprendre.
Quand malgré leur exploration on voit qu’elles ne sont pas plus informées, c’est qu’elles souffrent aussi d’une agnosie tactile.

Au quotidien, les agnosies sont à l’origine de beaucoup de troubles du comportement, car la personne, ne reconnaissant pas les objets, va avoir des attitudes inadaptées.

Au-delà des modalités sensorielles nous fonctionnons selon des catégories de reconnaissance.

Dans ce type de maladie on retrouve spécifiquement deux agnosies bien particulières :

  • La prosopagnosie. Elle concerne l’impossibilité à reconnaître les visages. C’est quelque chose que présentent beaucoup de malades. C’est parfois à cause de cette agnosie spécifique qu’ils ne reconnaissent pas les personnes, et non pas d’un problème de mémoire. Beaucoup compensent par la voix et c’est pour cela qu’il est recommandé de parler à la personne pour entrer en relation avec elle.
  • L’anosognosie. Elle est parfois confondu avec le déni, qui est un mécanisme de défense psychologique normal.
    Il s’agit de la non-reconnaissance de sa maladie. Les troubles de la mémoire, de l’orientation, des gestes, ne sont pas perçus par le malade. Selon lui, il n’est pas malade. Cette agnosie rend l’accompagnement difficile car cela empêche la mise en place de stratégie consciente de compensation par le malade, et suscite des réactions d’agressivité car il ne peut pas accepter les mesures que l’on peut être amené à prendre et qui lui semble totalement injustifiées.

Retour à l'accueil

 
 Imprimer