Header image

Association Nationale Marocaine de la Maladie d'Alzheimer

Sites : www.marocalzheimer.info & www.marocalzheimer.org

 
line decor
Association Nationale Marocaine de la Maladie d'Alzheimer
line decor
 
 
 
 

  
Conference en Chine du Dr ALLAL BOUTAJANGOUT

Notre fierté du Maroc le Professeur Allal Boutajangout, après avoir donné une téléconférence en direct de New York au 2 ème colloque méditerranéen de la Maladie d'Alzheimer Organisé à Marrakech, Il a directement rejoint La CHINE pour donner deux autres conférences dans deux Congrès de la Maladie d'Alzheimer(Tianjin et Harbin) , dont il a parlé des avancés et des innovations au niveau des diagnostiques et des traitements de la maladie d'Alzheimer.
 




La maladie d'alzheimer   - Nouvelles -

Deuxième Colloque Méditerrranéen

Programme du Colloque



award 2010 de Margaret M Cahn de la recherche sur Alzheimer

Award 2010 de Margaret M Cahn de la recherche sur Alzheimer
Reçu par Le professeur ALLAL BOUTAJANGOUT
&
Award 2011 de l'association Maroc Alzheimer

*************************************************
La céremonie de réception a été organisée par la fondation interrnationale d'Alzheimer et a eu lieu le 23 septembre à New York. (Le meilleur parmi nous : Un grand plaisir et un grand honneur au Maroc)
                                              ------------------------------------------------------

LONDRES (AFP) - Des chercheurs britanniques ont annoncé  fin Juillet 2008 la découverte d'un traitement de la maladie d'Alzheimer qui pourrait ralentir sensiblement l'apparition des symptômes de cette maladie irréversible. 

Le traitement, baptisé Rember, cible les amas de protéines tau qui se forment à l'intérieur des cellules du cerveau des malades d'Alzheimer et les détruisent, provoquant ainsi des troubles de la mémoire caractéristiques de la maladie.

Ces résultats "sont l'avancée la plus significative dans le traitement des amas depuis leur découverte par Alois Alzheimer en 1907", a affirmé le professeur Claude Wishik de l'université d'Aberdeen en Ecosse, cofondateur de l'entreprise à l'origine de la découverte.

Une première étude des effets du traitement a été menée sur 321 patients aux stades précoce et moyen de la maladie en Grande-Bretagne et à Singapour.

Les malades qui avaient pris ce nouveau traitement ont vu le déclin de leurs capacités mentales se réduire de 81%, par rapport au groupe témoin, ont annoncé les scientifiques.

Le professeur Clive Ballard, directeur de recherche à l'institut britannique d'Alzheimer prévient : "Des essais à plus grande échelle doivent maintenant être menés pour confirmer l'inocuité de ce traitement et savoir dans quelle mesure cela pourrait bénéficier aux milliers de personnes qui vivent avec cette maladie dévastatrice".

La maladie d'Alzheimer est une maladie dégénérative incurable du cerveau qui entraîne des troubles de la mémoire et du comportement.

La maladie d'Alzheimer et les troubles apparentés touchent plus de 24 millions de personnes dans le monde (860.000 en France avec 165.000 nouveaux patients par an) et "va doubler tous les 20 ans", selon un rapport de l'OMS.


Publié le: 30/07/2008 à 13:11:30 GMT Source : AFP

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

(26/06/2008) - Un logiciel pour détecter Alzheimer  

Un logiciel pour détecter Alzheimer
Des chercheurs du CNRS ont mis au point un logiciel permettant de détecter les anomalies cérébrales apparaissant dans les premiers stades de la maladie d’Alzheimer. Cet outil pourrait aider les médecins à établir un diagnostic précoce.

 

La maladie d’Alzheimer est une affection neurodégénérative qui entraîne la perte progressive et irréversible des fonctions cérébrales. Elle affecte généralement les personnes de plus de 65 ans et s'accompagne d'une panoplie de symptômes très pénibles. En Europe plus de cinq millions d’individus en souffrent et ce nombre devrait doubler dans les 20 ans. A l’heure actuelle, il n’existe pas de traitements susceptibles de la soigner mais certains médicaments peuvent freiner son évolution à condition qu’ils soient administrés dès l’apparition des premiers symptômes.


Malheureusement, il n’existe pas non plus d’examens permettant d’affirmer la réalité de la maladie, seule l’étude anatomo-pathologique du cerveau après le décès conduit à un diagnostic définitif. Les médecins s’appuient donc sur un faisceau d’indices pour la dépister. Cette situation conduit souvent à des retards dans la prise en charge puisque le diagnostic dépend de l’efficience du médecin.

 

Des chercheurs du Laboratoire de neurosciences cognitives et d’imagerie cérébrale ont mis au point, en collaboration avec des équipes de l’Inserm à l’hôpital de la Salpetrière, un logiciel permettant de mesurer le volume de l’hippocampe, une structure du cerveau dévolue aux processus mémoriels et dont la taille diminue aux premiers stades de la maladie. Cette mesure n’est aujourd’hui pratiquement jamais réalisée car elle est longue et délicate.

 

Le logiciel permet, à partir d’une IRM (imagerie par résonance magnétique), de reconstruire des structures cérébrales et de calculer leur volume. « Grâce à cette méthode, le médecin peut obtenir en une dizaine de minutes une mesure de la volumétrie hippocampique. Il dispose ainsi d’un indice supplémentaire pour établir son diagnostic » précise Olivier Colliot, spécialiste en traitement d’image au CNRS. Les tests effectués sur des patients malades ont permis de confirmer le diagnostic d’Alzheimer chez la grande majorité d’entre eux. D’autres séries d’essais sont déjà programmées. Les chercheurs doivent notamment élargir leur base de données pour établir des mesures de référence sur des patients sains en fonction de leur classe d’âge. Selon, O.Colliot, avec un partenariat industriel, cette méthode pourrait avoir une application pratique dans les centres d’imagerie dans les deux ou trois à venir.

-------------------------------------------------------------------------------

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Enkam, une petite entreprise danoise de biotechnologie, issue de l'Université de Copenhague (spin off), est sur le point de trouver le premier médicament permettant de guérir la maladie d'Alzheimer. Enkam a en effet développé une peptide synthétique : la FGLL (fibrinogen-like protein), qui inverse le processus de développement de la maladie d'Alzheimer en empêchant la mort des cellules nerveuses et en rétablissant les liaisons entre les neurones. 

Enkam, une petite entreprise danoise de biotechnologie, issue de l'Université de Copenhague (spin off), est sur le point de trouver le premier médicament permettant de guérir la maladie d'Alzheimer. Enkam a en effet développé une peptide synthétique : la FGLL (fibrinogen-like protein), qui inverse le processus de développement de la maladie d'Alzheimer en empêchant la mort des cellules nerveuses et en rétablissant les liaisons entre les neurones.
Les premiers tests de phase I sur 24 personnes en bonne santé, commencés début 2005 et terminés en mai, ont démontré que la FGLL n'induisait pas d'effet secondaire significatif.
"Les médicaments que l'on trouve aujourd'hui pour traiter la maladie d'Alzheimer ne peuvent que stabiliser l'avancement de la maladie pendant 6 à 12 mois et ne permettent pas d'amélioration.
La maladie d'Alzheimer est caractérisée par une accumulation de beta-amyloid, par la mort de neurones et par des troubles de la mémoire. Un traitement idéal de cette maladie serait donc de faire disparaître le beta-amyloid, d'empêcher la mort cellulaire et de restaurer la mémoire, ce que fait exactement le FGLL" explique Morten Albrechtsen, directeur de Enkam.
Le Professeur Elisabeth Bock qui fait, elle aussi, partie de la direction d'Enkam, est à la pointe de la recherche dans ce domaine. Elle est en effet la première à avoir découvert la molécule responsable de la formation de connections entre les neurones.
La prochaine étape sera de tester les effets du médicament et trouver le bon dosage (phase II), puis viendront les tests sur un grand groupe de personnes pour déterminer si le médicament est plus efficace que ceux déjà sur le marché (phase III). Enkam est déjà en train de chercher des partenaires susceptibles de fournir les 130 millions d'euros nécessaires à la mise en oeuvre de ces tests.



 

 
 

 


Toutes les dernières recherches dans le domaine de la maladie d'alzheimer.


L'un des plus grand laboratoires de recherche de la maladie d'alzheimer.

Maroc Alzheimer


Pour plus d'nformations connectez vous sur facebook   

Mise à jour  Tous  les Jours



 COOPERATIVE M'BROUKA